LE DVD "MON PREMIER BERCY
AU ZÉNITH" EST DISPONIBLE PARTOUT !

fnac boutque officielle version on demand
  • Il y a là un cocu, un psychopathe, un boulimique, un digicode récalcitrant, des dimanches après-midi poussifs et plein de vieilles affaires qui font du monde, et accessoirement du deuxième album d’Oldelaf, Dimanche, une cour des miracles où il fait bons’aventurer. Une fresque tendre et subversive. Selon l’artiste parisien, il s’agit là de son projet « le plus ambitieux, le plus musical ». Le plus décapant sans aucun doute, Oldelaf jonglant avec le doux-amer et les degrés, les rires francs et l’humour noir, glissant quelques mots bleus entre les lignes. Un cocktail jubilatoire, qui n’aurait pas déplu aux VRP, période Nonnes Troppo, qu’affectionne particulièrement cet esprit libre et décalé.

  • Les étiquettes, ça le démange et le dérange, l’OVNI Oldelaf : « Je suis un chanteur qui fait rire, pas un humoriste ». La « tristitude », c’est quand des médias tentent désespérément de le faire rentrer dans des cases rire ou chanson : « Je refuse de choisir entre les deux, mon but est de faire rire en disant des choses qui ont du sens. La chanson est ma maison, l’humour ma résidence secondaire ; je me sens chez moi dans les deux ». Sans oublier la scène, son terrain de jeu de prédilection. Pour l’occasion, la bête de scène à l’humour décapant, qui a rempli un Olympia en janvier dernier, a changé son fusil d’épaule : « C’est la première fois que je n’ai pas testé mes chansons sur scène avant de les enregistrer, je n’avais donc pas d’idées préconçues sur celles qui marcheraient en concert ».

  • Concentré sur la seule écriture, Oldelaf démontre tous ses talents de songwriter, croquant un monde joliment absurde. Ses « chansons cons » ne le sont pas : dans « Kleenex », l’auteur s’attaque à la dictature des marques (« ces identiques emblèmes qui flottent sur la masse »), du berceau-Blédina au dernier linceul siglé PFG. « Le Bruit » réactualise l’antique carotte romaine « Du pain et des jeux », agitée sous nos nez par les politiciens « pour noyer le poisson. Et dans ce tout ce brouhaha, on laisse faire n’importe quoi ». Du slow life façon Oldelaf avec « Je mange » à travers le portrait d’un désœuvré qui gloutonne, clin d’œil futé à la « sobriété heureuse » de Pierre Rabhi. Des fous rires pas si fous que ça.

  • Artiste atypique, gouailleur à l’humour ravageur, Oldelaf se fait parfois mélancolique, se rappelant avec tendresse ces dimanches après-midi, où l’on s’emmerde en famille, ou évoquant la peur de la solitude dans « Ça changera rien ». Plus grave, dans « Stockholm », il pénètre le cerveau dérangé d’un homme qui bat sa femme : « Je m’interroge sur la démarche de ces gens qui croient faire du bien à leurs victimes ». Caustique, corrosif et sans concession, Oldelaf n’a pas fini de nous surprendre. Ce nouvel Oldelaf n’a rien d’un one man show, c’est un projet de groupe né des pérégrinations d’une bande joyeusement barrée réunissant le célèbre arrangeur Jean-Louis Piérot (réalisateur d’Alain Bashung, Hubert-Félix Thiéfaine, étienne Daho et bien d’autres) aux manettes, et les Dalton comme gâchette :

  • Le batteur Fabrice Lemoine (alias « Amaury Canté » sur scène), le guitariste Victor Paillet (« Jacques F »), le bassiste Alexandre Zapata et Julien Breton aux claviers (dans les rôles de frères Berthier). Dans leur studio de récréation, les musiciens ont sorti les synthés-jouets et les claviers vintage Wurlitzer, Moog et autres Juno des Bricol’boys électro, mais aussi les guitares rock, les bouts de bois folk, des cordes nylon pour la bossa, un tuba par ci, du ukulélé par là, pour proposer au final une nouvelle couleur musicale aux mélodies entraînantes d’Oldelaf.

    Vivement Dimanche !

Oldelaf
Dimanche (2014)

iTunes
Qobuz
Deezer
Spotify
Boutique en ligne

Oldelaf
Bête et mêchant (2013)

iTunes
Qobuz
Deezer
Spotify
Boutique en ligne

Oldelaf
Le monde est beau (2011)

iTunes
Qobuz
Deezer
Spotify
Boutique en ligne

Oldelaf & Monsieur D
Dernière chance de se faire du fric (2010)

iTunes
Qobuz
Deezer
Spotify
Boutique en ligne

Oldelaf & Monsieur D
Dernière chance d'être disque d'or (2009)

iTunes
Qobuz
Deezer
Spotify
Boutique en ligne

Oldelaf & Monsieur D
L'Album de la maturité (2005)

iTunes
Qobuz
Deezer
Spotify
Boutique en ligne

Oldelaf & Monsieur D
Chansons c (2003)

iTunes
Qobuz
Deezer
Spotify
Boutique en ligne

Label Roy Music - Stéphane Merlin
stephane@roymusic.com

Edition - Gaelle Donelian
gaelle.donelian@strictly-confidential.net

Tour Furax - William Marguier
william@furax.fr

Promo Prod Radio - Nathalie Vivier - La Baronne
nathalie.vivier@la-baronne.fr

Promo TV + Radio Impresario - Stéphane Cohen
stephane@impresario-presse.com

Emilie Castillo
emilie@impresario-presse.com

Photos © Franck Bohbot

Développé par Fauna Flora
bonjour@faunaflora.fr

Michel Montana est un chanteur français né en 1946 de mère française mais rasée et de père stérile. Véritable miraculé de la Nature, il viendra sur le tard à la chanson où il se révèle être un être à part. Enfin, vraiment à part, les autres chanteurs ne l'acceptent pas. Il va côtoyer l'apogée des années 70, le monde des Sardou, Cloclo, Fugain, et va même être à l'origine de plusieurs chansons cultes sans pourtant jamais embrasser le succès escompté. Oldelaf et Alain Berthier, les deux seuls membres du FCMM (Fan Club Michel Montana) évoquent avec tendresse et passion les plus belles heures de ce génie méconnu au travers d'un colloque festif et poignant.

On ne présente plus Oldelaf, artiste atypique, gouailleur à l'humour ravageur. Après deux albums courronés de succès ("Le monde est beau" et "Dimanche"), le chanteur qui fait rire, comme il se définit, propose un spectacle plus intimiste. En compagnie de son complice Alain Berthier, présent à ses côtés sur scène lors des deux tournées précédentes. Le duo nous entraîne dans un univers qu'est le leur afin de se remémorer la belle et grande carrière de cet artiste méconnu.
La folle histoire de Michel Montana en concert